AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #15 - Charly on Rock - Part 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sélène

avatar


MessageSujet: Fragment #15 - Charly on Rock - Part 1   09.04.08 21:45

Jeudi 2 août 2007
à Dakar

« Salut Charly !
- Hey boy, ça fait plaisir, entre ! »
Je franchis la porte avec mes sacs, ma tête en bandoulière et 6h de vol dans les jambes.
« Alors ça se passe ? Ca va ? Oui ? T'as eu le temps de faire escale à Casa ? Je suis content de te voir ici mon con ! »
Il est pas rasé, le crâne chauve et la gueule burinée. Je lui souris, quelques franches embrassades, et je suis sur le canapé chichement décoré. Il a sa retraite sur la route de Sally, entre Sally et Dakar. La retraite du guerrier des âges, de l'ancienne génération, 55 balais passés, les tempes marquées au fer rouge, les bras scarifiés aux Sephirots. Et chaleureux à mettre à l'aise un putain d'agent du fisc.
« Qu'est-ce que tu racontes de bon ? T'as reçu mes derniers dosages ? Et t'en es où de l'Agartha ? Et les nanas, ca roule Raoul ? »
Je réponds avec peine mais enthousiasme au flot de ses questions. A ceci près qu'il ne m'en laisse jamais le temps… alors, il en rit. Et il en rit d'un rire pittoresque, gargantuesque, soulignant de manière exagérée les rides de son visage bronzé, parsemé de sel. Bruni par le temps...
« C'est bon de te revoir Nath' !
- Ouais non, les nanas c'est pas ca. Oui, j'ai reçu les dernières compositions que t'as établies et, pour l'Agartha... ça me lourde en ce moment tu sais.
- Allez dis-moi tout... Tu prendras un thé hein ? »
Il se lève, traverse la salle d'un pas lourd, mais de bonne humeur, passe dans une autre pièce en franchissant un rideau de perles. Il fait chaud. Un ventilateur à droite du canapé ventile tout ce qu'il peut ; et tente de faire tourner les pages de livres étalés ça et là. Il revient et pose sur la table basse de quoi préparer le fameux thé sénégalais.
« Tu sais Charly, j'ai encore essayé tes fichus composés chimiques-de-sa-mère-déclencheurs-de-visions... Et ben, c'est la merde. On va pas y arriver comme ca. C'était facile le dixième essai, et je fais toujours des bad-trips. Alors j'entends bien que c'est toujours mieux que les merdes que je m'enfilais dans le sang. Mais je crois que je préfère finalement la dernière voie dont tu me parlais.
- Ouais ?
- Oui là ! La connexion aux masses humaines, l'essence qui se puise là où la vie s'agglutine. Et tout ce genre de délire. Et la ville et ces agrégats de sensations humaines que je ressens, comme connecté. Je commence, j'essaye déjà de canaliser les énergies que j'en découle.
- D'accord, parfait. Prend ces quelques notes que j'ai rédigées à ce sujet, ça pourra te servir. Mais pour l'heure, tu vas te détendre. Et ce soir on va faire un tour à Dakar ! Tu me raconteras le reste ok ? »
Il est une heure, je me suis gavé de domada et après une bonne sieste, je décide de passer le reste de l'après-midi à manger un peu de poussière sur les routes, sautant de clando en clando. Direction : la côte. Yenne. J'ai envie de voir l'océan. Café touba, sable, sable & terre, friche en vague construction, l'eau et l'eau. Je suis scorpion d'octobre, signe d'eau. Et ascendant sagittaire - le feu. Le "feu", c'est pour le soir, la nuit, les ambiances urbaines, les rues de la capitale.
Il fait nuit, je suis à Dakar avec Charly à mes côtés, on zone du coté de Rebeuss, mon quartier préféré. Des étals sont ouverts la nuit, les couturiers, la buvette "medinoise", il y a une fête en milieu de rue, limitée en hauteur par des guirlandes d'ampoules. On contourne le rassemblement, pour s'approcher de la rue de la prison. Deux chaises trainent contre le mur d'une baraque.
« Enfin, pourquoi t'as lâché ton officine, tu étais l'Antiquaire de Paris ! Pourquoi tu t'es tiré hein ? Hum, je me souviens encore des débuts y a quelques années, où tu me bourrais le crâne avec des "retrouve-les" des "tu en as la capacité", ou encore "c'est par cette quête de l'Agartha que tu t'accompliras" blabla-mes-couilles. En plus c'est toi qui l'a inventé ce nom-là ! Pour te faire plaisir !
- Oui, j'avoue dit-il avec un large sourire de satisfaction.
- Tu me refilais des putains d'objets à la con et moi je gobais tout ce que tu me disais. Tu peux avouer maintenant, ce "briquet-de-l'enfer" que j'ai refilé à une étoile ou encore cette "méstérieuz-boiboite" ? C'était de la frime hein ?
- Non ! Crédieu non ! Héhé... Je me suis retiré, j'ai payé un peu trop cher à mon goût cette quête, retrouver la génération précédente. Tu sais tout ça...
- Ouais mais j'aimais bien t'avoir sous la main, à Paris quoi.
- Oui. Mais, au fait ! Tu ne m'as pas dit quelle était la raison de ton séjour ici.
- C'est vrai, ce n'était pas qu'une visite. J'ai besoin de conseils Charly. »
Je m'approche de son visage, et prends une voix plus basse, espérant donner l'ambiance de complots aux parfums d'Orient.
« Charly, j'ai un doute. Sur une personne. Je crois qu'elle est... qu'elle est la Reine. La reine noyée aux bras de mer. Au serpent insidieux, aux coulées de poison. Je l'ai croisée une fois, Charly. Je l'ai contactée, et elle ne répond plus. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fragment #15 - Charly on Rock - Part 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [2015.11.19] ROCK MACABRE - PART 3
» [JEU] ROCK BAND : Jouer avec plusieurs instrument sur son HD2 [Payant]
» Kolwezi, la part de la légion
» Papiers pour faire-part.
» Bleach 419 - Deicide21 [Transcendent God Rock]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: ARCHIVES :: ANCIENS PERSONNAGES :: Nathan-
Sauter vers: