AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #22 - Petit pédé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tureïs

avatar


MessageSujet: Fragment #22 - Petit pédé   07.01.09 17:13

Mercredi 7 janvier 2009
à Amiens

J’attends Elyan depuis quinze minutes devant les toilettes du lycée. Il devrait être en cour depuis que la cloche a sonnée. J’hésite à aller le chercher. La situation est plutôt délicate. Finalement le froid me décide à entrer. Le lieu est sale. Le sol est plein de boue ramenée de l’extérieur avec la neige collée aux pieds. Les murs sont ornés de tags, des bouts de papier toilette jonchent le sol. Heureusement que les pions peuvent utiliser les toilettes des profs, sinon je n’oserais même pas uriner.
Des gémissements viennent d’une cabine située au fond.
Merde, j’espère qu’il ne s’est pas fait tabasser. Je toque à la porte espérant que rien ne lui est arrivé. Des bruits se font entendre : un pantalon qu‘on remet, une ceinture qui reprend sa place. Je frappe plus violemment, impatient de savoir ce qu’il s’est passé.
La porte s’ouvre sur Elyan essoufflé, rouge de confusion. Derrière lui, un autre étudiant regarde ses pieds. Une bosse déforme sa braguette encore ouverte. Ce petit con était en train de le sucer !
Je sens la colère monter, j’ai envie de le frapper. Moi qui m’inquiétais pour ce crétin obsédé.

Elyan me fixe droit dans les yeux, arrogant et provocant, semblant me demander « et maintenant, qu’allez vous faire ? ». Je bande légèrement, c’est moi qui suis gêné. Heureusement aucun des deux ne semblent s’en apercevoir.
J’envois le jeune homme dans le bureau de madame Grégan. Il doit lui demander d’être collé, peu importe l’explication qu’il lui donnera, je ne veux pas en entendre parler.
Je reste avec Elyan dans les toilettes abandonnées.
- T’es content de toi ?
- Je ne vois pas en quoi ma vie vous regarde.
Son ton est fier, il méprise le petit pion impuissant.
- Tu vas me parler sur un autre ton si tu ne veux pas que j’en informe tes parents.
- Allez y ! J’en ai rien à foutre de mes parents et ils s’en tapent de ce que je peux faire.
Il commence à s’éloigner, je l’arrête, l’attrapant par le poignet.
- D’une part tes parents s’intéressent plus à toi que ce que tu peux penser et effectivement ta vie te regarde. Si tu veux passer pour une pute en plus d’un meurtrier, c’est ton choix. Par contre t’iras sucer ou te faire prendre ailleurs que dans les chiottes du lycée. Car ce qui se passe ici me concerne.

Il est choqué, les gens ne sont que compréhension pour lui depuis qu’il est rentré. Le monde adulte le protège lui donnant une sensation d’immunité. Je doit être le premier à lui rappeler les règles, à me soucier qu’il se comporte comme un étudiant normal.
- Non mais vous avez vu comment vous me parlez ? Ça va pas vous ! Lâchez moi !
Ma main quitte son poignet, il a raison, je n’aurai pas dû lui parler sur ce ton.
- Écoute Elyan, que tu ne veuilles pas me parler d’accord. Par contre que tu te comportes comme un animal je ne peux pas l’accepter. Peut être que la plupart des gens sont indifférents à ce que tu peux faire, et toi le premier, mais moi je m’en soucie. Si tu veux leur donner raison ça te regarde, mais je pense que tu vaux mieux que ça.
Mon discours au départ ferme se termine sur une pointe de déception. J’espère qu’il y réfléchira un peu dans la journée.
- Maintenant tu vas m’accompagner chez madame Grégan, je vais te coller. On dira que tu taggais les toilettes.

Il m’accompagne, morose et nous repartons suivre les cours de cette matinée. Il est midi. Je le lâche à la grille, soulagé de m’en débarrasser. Il revient quelques minutes plus tard vers moi, un sourire étrange flottant sur ses lèvres. Même avec ce sourire mauvais, même avec ces yeux qui rient froidement, il est séduisant. Il s’arrête à quelques centimètres de moi et se penche. Je recule de peur qu’il ne m’embrasse, réaction stupide si il en est. Il semble ne pas l’avoir remarqué. Mais ce qu’il me glisse à l’oreille glace mes pensées :
- Vous savez, si j’avais eu les couilles j’aurais aimé le crever.
Le ton est froid, posé, légèrement amusé.
Il se détourne et s’en va de sa démarche de prince, indifférent au monde qui l’entoure, insensible aux autres qui le fixent.


Dernière édition par Tureïs le 27.01.09 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altaïr

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #22 - Petit pédé   07.01.09 17:20

Oh putain
Mais il est barge !!!

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! C'est trop génial putain je veux la suiiiiiiite :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Procyon

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #22 - Petit pédé   07.01.09 18:34

Le psychopathe ne serait donc pas le tueur !! :P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fragment #22 - Petit pédé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fragment #22 - Petit pédé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit dragon
» Petit dejeuner dans le parc
» Petit jeu pour enrichir son vocabulaire en lingala....
» Un petit 50 pour Lyon
» Mon petit chat - Maurice Carême

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: Maël-
Sauter vers: