AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #66 - Une goutte de verre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tureïs

avatar


MessageSujet: Fragment #66 - Une goutte de verre   08.03.09 3:38

Dimanche 8 mars 2009
à Paris

Les dimanches à Paris ne ressemblent à aucun dimanche de province. La capitale continue de vivre au rythme des touristes et des parisiens assoiffés de liberté. Assis dans un café proche de la place Pigalle, j’observe les passants tout en lisant « la crise de la culture » d’Hannah Arendt dont je suis tombé amoureux. Sa pensée est limpide, elle fuse, claire et précise, flèche lancée vers la société et le politique pris pour cible.
L’ambiance du lieu me séduit. Le barman est un peu rock, un peu grunge ; tout est en bois. Les tables vernies collent légèrement et sur les murs jaunis défilent des affiches colorées de shows des cabarets du coin. La population est artiste bobo, mais dans un look pouilleux étudié. A chaque table, les rires fusent, la vie se déchaîne. Ça semble presque surjoué, artificiel, pourtant ces différentes scènes transpirent le naturel, ce sont des gens décomplexés. Ecoutant les conversations, je devine que ces individus travaillent dans les bars, boites transformistes et cabarets des alentours. A une table, plusieurs très jolis garçons entourent de leur attention un petit vieux d’une soixantaine d’années au regard pétillant.
Tous ces fragments de vies respirent la vérité. J’ai l‘impression de photographier des souvenirs auxquels j’aimerais appartenir. J’aimerais traverser le miroir et pénétrer leur univers, briser ma bulle de cristal et rejoindre ce monde irréel. Derrière la vitre, des centaines d’individus si peu différents de moi, clones formatés arborant le même masque, se bousculent et défilent sans jamais s’arrêter.
Les gens fantasment souvent sur l’argent et la richesse. Ils ignorent le vide qui accompagne les jeunes héritiers, l’absence de rêves à réaliser puisque tous sont à portée ; l’inutilité de ces vies déjà vécues et terminées.
En mourrant, mes parents m’ont légué une existence sans utilité.
Je sais que je suis injuste, que le seul responsable de la vie que je mène est assit avec moi. Cependant je ne peux m’empêcher de leur en vouloir de m’avoir abandonné, de m’avoir laissé seul face à ma vie. Leurs conseils me manquent, ils étaient mes garde-fous, mes protecteurs. Ils étaient les gardiens mais aussi les protecteurs. Sans eux ma vie me semble sans but, personne ne se soucie réellement de ce que je fais, de qui je suis, de comment je gère ma vie et ça... Ça c’est insupportable.
Une goutte de verre glisse sur ma joue et s’écrase sur la table. Le manque d’eux m’étouffent et me ceinture l’estomac. Il me brise et je suffoque, des sanglots longtemps refoulés essayent de s’exprimer.

Reprend-toi Maël, des millions de gens souhaitent avoir ta vie, elle est formidable ; des millions désirent ta vie et en faire quelque chose de mieux.

Mes doigts jouent avec l’eau salée et dessinent sur la table des formes compliquées. Je me perds dans ces arabesques, oubliant pendant quelques instants la futilité de ma vie et la mer de désespoir dans laquelle je me noie.

- Vous n’avez pas touché votre café, je vous en remets un ?

Le serveur me fixe de ses yeux noirs. J’ai la sensation qu’une éternité s’écoule avant que je réussisse à lui répondre d’une voix pathétiquement triste et un peu rauque tellement ma gorge me semble soudainement serrée.

- Oui je veux bien, c’est gentil. Merci.

Les yeux charbons hésitent entre la surprise et l’inquiétude, se referment pour redevenir neutres. Il repart, me laissant à mes rêveries dépourvues de formes. Mon regard le suit sans qu’aucune idée n’y soit associée, automate dépourvu de pensées. Il revient et dépose devant moi un second café, reprend la première note, la déchire et glisse le papier dans sa poche :

- C’est offert par la maison.

Un sourire et un clin d’œil illuminent son visage tandis que je balbutie un remerciement.

- Y’a pas de quoi.


Dernière édition par Tureïs le 08.03.09 4:04, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altaïr

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #66 - Une goutte de verre   08.03.09 3:47

"Les yeux charbons"... Ca c'est vraiment très très beau...

J'espère qu'il ne sera pas le prochain mort entre les mains de Maël, ce serveur... En tout cas, très beau fragment, et c'est vraiment cool d'en savoir un peu plus sur cette fortune et sur la sensation de douleur qu'elle procure à Maël. Et les parents... j'ai envie de savoir ce qui leur est arrivé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Tureïs

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #66 - Une goutte de verre   08.03.09 3:52

Merci , sinon on sait ce qui est arrivé aux parents de Maël, ils ont été tués par Olivier Monsant le soir où il a agressé Maël.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altaïr

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #66 - Une goutte de verre   08.03.09 3:54

Ah oui c'est vrai, au temps pour moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Tureïs

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #66 - Une goutte de verre   08.03.09 4:01

Pas de soucis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Procyon

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #66 - Une goutte de verre   08.03.09 18:24

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fragment #66 - Une goutte de verre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fragment #66 - Une goutte de verre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» modele de peinture sur verre et sur porcelaine
» Tubes de couleurs en boro, pour le soufflage du verre
» Poésie en verre
» Verre dichroic
» [Leroy, Jérôme] Un dernier verre en Atlantide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: Maël-
Sauter vers: