AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #191 – Diluer son amertume

Aller en bas 
AuteurMessage
Procyon

avatar


MessageSujet: Fragment #191 – Diluer son amertume   24.03.09 13:35

Mardi 24 mars 2009
à Paris

12h07. Je sors de ma chambre. Ma sœur écoute de la musique dans la sienne. Je m'arrête un instant devant sa porte pour la contempler. Allongée sur son lit, ses courbes féminines se dessinent aisément pour les murs voyeurs qui, comme moi, contemplent cette Vénus sortie des eaux. Elle ne me voit pas, elle gribouille sur une feuille. Dessin ? Écriture ? Ma sœur est une artiste ne l'oublions pas. Plutôt bohème, indépendante et solitaire.
J'ai faim. La contempler ne nourrit pas. Je tourne sur mes talons, direction la cuisine. J'ouvre le frigo. Le referme. Le placard de gauche. Celui sous l'évier. À coté de la poubelle. Je tourne sur mes talons direction sa chambre.
« Laura ! Il n'y a plus rien à manger ! » Elle se retourne, surprise, mais ne se laisse pas faire. Le ton va monter.
« Si tu mangeais moins aussi, gronde-t-elle.
- Je te signale que je suis moins souvent là que toi, hurlé-je.
- Ce qui ne t'empêche pas de manger davantage. »
Pause. 
« C'est moi qui ai été faire les courses la dernière fois.
- Tu n'as qu'à y retourner, moi je peux me passer de manger.
- Ce que tu peux... Arrgh ça m'énerve. »
Je quitte sa chambre encore plus énervé qu'en y entrant. Je me dépêche d'enfiler des chaussures, ouvre la porte, m'apprête à la claquer, quand j'entends sa voix pleine de cette tendresse forcée, surfaite et insupportable.
« N'oublie pas d'emmener des sacs, sinon tu vas encore devoir en acheter. »
Je fulmine intérieurement. C'est l'heure de manger, j'ai rien à me mettre sous la dent, et elle m'énerve. Mes doigts se crispent sur les anses des sacs, je manque de renverser la vieille voisine dans l'escalier. Dehors il y a ces voitures, ce bruit, cette pollution, et moi qui marche d'un pas pressant. Je veux rentrer chez moi, au calme. Et vas-y qu'ils se klaxonnent. Laisse moi traverser, Connard ! Encore un chien qu'a chié sur le trottoir, mais tuez-les ! En plus elle a eu le culot de me laisser sa liste de course au fond d'un des sacs. La garce. Bon, je prends quoi. Compotes. Quel parfum ? Elle préfère pomme-fraise il me semble. Je vais prendre abricot. Cassoulet, ravioli, paella, tant pis pour son pseudo-régime. Je remplis le panier rapidement.
Une fois à la caisse la tension est redescendue. Je manque quand même d'exploser quand je vois que la petite mamie de devant voudrait absolument raconter les vacances de son petit-fils à la caissière qui n'en a visiblement rien à faire. Pour me calmer je vais reposer les compotes et prends celle à la fraise. La petite vieille est partie, la caissière a commencé de passer mes articles. Je paie. Je rentre. Je monte les escaliers. Je pousse la porte. La table est mise. Laura m'aide avec les courses. Adossé à l'évier, je prends un grand verre d'eau tandis qu'elle commence à éplucher le concombre. Je lui baise l'épaule nue qu'elle me présente. Elle me sourit. Je regarde dans mon verre. L'eau c'est la vie. L'eau c'est le goût. Le goût de la vie, qui dilue vos aigreurs et atténue toute rancœur.


Dernière édition par Procyon le 24.03.09 23:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altaïr

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #191 – Diluer son amertume   24.03.09 13:52

Ok ok, mais une bonne relecture ne serait pas de trop, en particulier en ce qui concerne la ponctuation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Procyon

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #191 – Diluer son amertume   24.03.09 15:10

J'ai rajouté un espace, et supprimer une virgule, c'est tout ce que tu voyais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altaïr

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #191 – Diluer son amertume   24.03.09 15:17

Procyon a écrit:
Mardi 24 mars 2009
à Paris

12h07. Je sors de ma chambre. Ma sœur écoute de la musique dans la sienne. Je m'arrête un instant devant sa porte pour la contempler. Allongée sur son lit, ses courbes féminines se dessinent aisément pour les murs voyeurs qui, comme moi, contemplent cette Vénus sortie des eaux. Elle ne me voit pas, elle gribouille sur une feuille. Dessin ? Écriture ? Ma sœur est une artiste ne l'oublions pas. Plutôt bohème, indépendante et solitaire.
J'ai faim. La contempler ne nourrit pas. Je tourne sur mes talons, direction la cuisine. J'ouvre le frigo. Le referme. Le placard de gauche. Celui sous l'évier. À coté de la poubelle. Je tourne sur mes talons direction sa chambre.
« Laura ! Il n'y a plus rien à manger ! » [à la ligne] Elle se retourne_ surprise, mais ne se laisse pas faire. Le ton va monter.
« Si tu mangeais moins aussi, gronde-t-elle.
- Je te signale que je suis moins souvent là que toi, hurle-je.
- Ce qui ne t'empêche pas de manger davantage. »
Pause. 
« C'est moi qui ai été faire les course la dernière fois.
- Tu n'as qu'à y retourner, moi je peux me passer de manger.
- Ce que tu peux... Arrgh ça m'énerve. »
Je quitte sa chambre encore plus énervé qu'en y entrant. Je me dépêche d'enfiler des chaussures, ouvre la porte, m'apprête à la claquer, quand j'entends sa voix pleine de cette tendresse forcée, surfaite et insupportable.
« N'oublies pas d'emmener des sacs, sinon tu vas encore devoir en acheter. »
Je fulmine intérieurement. C'est l'heure de manger, j'ai rien à me mettre sous la dent, et elle m'énerve. Mes doigts se crispent sur les anses des sacs, je manque de renverser la vielle voisine dans l'escalier. Dehors il y a ces voitures, ce bruit, cette pollution, et moi qui marche d'un pas pressant. Je veux rentrer chez moi, au calme. Et vas-y qu'ils se klaxonnent. Laisse moi traverser, Connard ! Encore un chien qu'a chié sur le trottoir, mais tuez-les ! En plus elle a eu le culot de ma laisser sa liste de course au fond d'un des sacs. La garce. Bon_ je prends quoi. Compotes. Quel parfum ? Elle préfère pomme-fraise il me semble. Je vais prendre abricot. Cassoulet, ravioli, paella, tant pis pour son pseudo-régime. Je remplis le panier rapidement.
Une fois à la caisse la tension est redescendue. Je manque quand même d'exploser quand je vois que la petite mamie de devant voudrait absolument raconter les vacances de son petit-fils à la caissière qui n'en a visiblement rien à faire. Pour me calmer je vais reposer les compotes et prends celle à la fraise. La petite vieille est partie, la caissière à commencé de passer mes articles. Je paie. Je rentre. Je monte les escaliers. Je pousse la porte. La table est mise. Laura m'aide avec les courses. Adossé à l'évier, je prends un grand verre d'eau tandis qu'elle commence à éplucher le concombre. Je lui baise l'épaule nue qu'elle me présente. Elle me sourit. Je regarde dans mon verre. L'eau c'est la vie. L'eau c'est le goût. Le goût de la vie, qui dilue vos aigreurs et atténue toute rancœur.

Ca frise le foutage de gueule, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Tureïs

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #191 – Diluer son amertume   24.03.09 20:24

Sinon c'est sympa. :P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Procyon

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #191 – Diluer son amertume   24.03.09 23:42

e ne suis pas obligé de retourner à la ligne après mon guillemet, et j'ai le droit de mettre une majuscule à Connard. Pour le reste je suis d'accord. mea culpa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fragment #191 – Diluer son amertume   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fragment #191 – Diluer son amertume
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fragment, royaume de neige
» L'amertume
» Fragment d'infini
» " Une photographie, c'est un fragment de temps qui ne reviendra pas. "
» Fragment, royaume de neige.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: Alexandre-
Sauter vers: