AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #194 – Le café qui déménage

Aller en bas 
AuteurMessage
Procyon

avatar


MessageSujet: Fragment #194 – Le café qui déménage   28.03.09 14:09

Samedi 28 mars 2009
à Paris

8h30. Je me suis couché vers vingt et une heures trente hier, normal que je sois levé, j'ai eu le temps de me reposer. Laura a encore dû veiller bien tard, car elle est endormie sur le canapé, son nouveau scénario sous le nez, la lumière encore allumée. Je suis tenté de lire quelques mots, mais je me ravise. Elle me le fera lire quand elle le désirera.
Sur la pointe des pieds je sors de l'appartement pour aller déjeuner dehors. Je ne voudrais pas la réveiller. Au bas de la rue, il y a un troquet qui sert des petits-déjeuners. Je rentre dans l'agréable chaleur qu'il offre. Je reconnais le patron pour y être déjà venu. Et puis le type là aussi, assis à cette table. Je le connais d'où déjà. Ah oui ! Je me souviens.
Je me tiens devant lui,
« Bonjour, on s'est déjà vu, non? »
Le dandy lève tranquillement la tête de son café dans lequel il semblait plongé, puis me dévisage un instant avant de répondre :
« Votre visage m'est familier, mais je ne vois pas d'où on pourrait se connaitre. »
Je lui rappelle un peu moqueur que je l'ai aidé une fois, dans le club de sport, à ne pas finir écrasé sous sa barre de développé-couché. Il sourit un peu honteux, me dit qu'il s'en souvient et m'invite à m'asseoir à sa table.
« Vous êtes gourmand ! Vous n'avez pas déjeuné ? »
Sont-ce les trois croissants, le grand café, ou le jus d'orange par-dessus le reste qui lui font peur comme ça ?
« Non, je viens de me lever, j'habite avec ma sœur, elle dort encore, je ne voulais pas la réveiller. Et puis il n'y a pas grand chose dans les placards. Enfin, je vous dis ça, c'est pas super intéressant. Et vous, vous venez tous les matins ici ? »
Je lui ai parlé avec la bouche pleine, et même en la remplissant au fur et à mesure ; une certaine impolitesse dont j'aimerais m'excuser. Et puis j'ai commencé à lui parler de moi vivant avec ma sœur, chose qui ne regarde pas un sombre inconnu. Quoique sombre, non. A le regarder, il a bien quelque chose dans son regard et sa façon de se tenir qui sont intrigants, mais pas de quoi penser que ce type soit un voleur ou un assassin. Et puis inconnu, il l'est de moins en moins, on se parle un peu de nous, et je l'ai déjà vu quelques fois à la salle de sport.

Finalement ce type déménage de Paris à Paris, il vivait lui aussi avec sa sœur, et voulait un peu plus d'indépendance. Je vais l'aider à monter ses meubles. Je suis rentré mettre des habits qui ne risquent rien, du coup Place Pigalle je dénote un peu. Heureusement, il ne tarde pas à arriver et m'emmène chez lui.
Je suis stupéfait par le luxe de cet appartement, même non meublé. Les murs sont propres ; moulures et encorbellements raffinés ; j'en passe, et des meilleurs. C'est sûr le petit appartement de Laura n'a rien de comparable. Ici ça sent l'argent, peut être un peu trop. Mais mon hôte se veut assez simple en apparence, et ce malgré les meubles que nous montons, qui ont tous une histoire, une authenticité, et surtout un prix.
Sur un carton je lis son nom au-dessus de l'adresse. Maël Carmichael.
« Au fait, moi c'est Alexandre. Alexandre Firent. »
Heureusement que je suis venu, car certains meubles sont lourds, et pour les déplacer nous ne sommes pas trop de deux. Même s'il semble débrouillard, je suis persuadé qu'il est content que je sois là.
Et je suis content d'être venu, parce qu'une fois que tout est monté, qu'il ne lui reste plus que la déco à fignoler, il me propose un petit sandwich. J'en prends un gros. Il nous ouvre chacun une bière. Ça fait du bien par où ça passe, me dis-je en pensant à ma grand-mère et ses petits dictons.
« ...
Ouais mais y a pas de raison. Bon si j'ai bien compris, tu vas bientôt quitter Paris alors ?
- Oui et non, en fait là je pars chez ma mère pour quelques jours, il faut que je voie mon meilleur ami, après je reviens, et ensuite je serai la semaine en banlieue et le weekend chez ma sœur. »
Le courant passe bien. C'est cool.
On finit par se tutoyer, quand je lui dis que le métier de pompier n'est pas si dur si c'est une passion ; une passion comme la sienne pour les meubles anciens par exemple. Je pensais d'ailleurs qu'il avait un métier comme antiquaire, mais en fait, il ne travaille pas. Où trouve-t-il tout cet argent alors ? Ça ne me regarde pas en fait.
Il doit faire des courses et moi prendre mon train. Il m'accompagne jusque chez moi prendre mon sac, nous continuons de discuter sur le chemin. Ce Maël est vraiment un type sympa. J'ai bien fait de l'aborder. Je finirai presque par me faire des amis sur Paris. Je suis content. Je ne sais pas ce qu'il doit penser en voyant le minuscule appartement dans lequel nous vivons ma sœur et moi. Je n'avais jamais eu l'impression qu'il eut déjà été aussi petit qu'aujourd'hui.
Sur le quai de la gare nous nous saluons cordialement, en convenant une fois de plus de nous voir mercredi.
Je monte dans mon train, direction Dijon, direction Lilian.



Dernière édition par Procyon le 31.03.09 18:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altaïr

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #194 – Le café qui déménage   28.03.09 14:13


Un cross :)

Mais aaarf, il va pas être content, Alex, en recevant le texto de Lilian ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Procyon

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #194 – Le café qui déménage   28.03.09 14:35

Je vais voir ce qu'il lui a rep...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tureïs

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #194 – Le café qui déménage   28.03.09 18:21

Lol nickel ce cross. Par contre les plafonds sont bas avec des poutres lol...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Procyon

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #194 – Le café qui déménage   29.03.09 21:02

Corrigé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bételgeuse

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #194 – Le café qui déménage   31.03.09 3:59

(bon, j'ai mis tes fautes en rouge, tu les corrigeras tout seul comme un grand. Par contre, dans la phrase "Je n'avais jamais eu l'impression qu'il eu déjà été aussi petit qu'aujourd'hui. ", je crois qu'il y a un truc qui cloche mais je vois pas quoi...)

Eh beh en voilà un beau cross !! (oui je dis ça avant même d'avoir lu le côté Maël, mais je ne doute pas qu'il soit aussi réussi !)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aima21.skyrock.com/
Procyon

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #194 – Le café qui déménage   31.03.09 19:00

Merci Bétoune, (et j'ai trouvé : c'est "eut") :P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fragment #194 – Le café qui déménage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fragment #194 – Le café qui déménage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fragment, royaume de neige
» Le quartier général de PENTAX Europe déménage pour PARIS
» Fragment d'infini
» Mon père est femme de ménage
» " Une photographie, c'est un fragment de temps qui ne reviendra pas. "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: Alexandre-
Sauter vers: