AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #10 - Insoluble dans le noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shedar

avatar


MessageSujet: Fragment #10 - Insoluble dans le noir   11.04.08 12:13

Vendredi 5 janvier 2007
à Dijon

Il est presque quatre heures, mais je ne peux pas dormir. Je bâille avec l’amplitude d’un hippopotame, mais je ne peux pas dormir. J’ai dans le fond des yeux des rêves doucement colorés, mais je ne peux pas dormir... Je pense à la petite dame. Et son chat bizarre. Je pense à Déborah. Et cette « méga-teuf », n’importe quoi... Peut-être qu’elles pensent à moi. Peut-être qu’elles dorment...
J’ai l’impression d’avoir passé l’entière totalité de ma petite vie à mourir partiellement, nu sur le front... Le front sur les genoux, le tout dans mes bras, je pars dans les contrées lointaines de ma mémoire à la recherche d’un passé. Des repères. Une enfance. Une enfance qui aurait dû être différente. Vraiment différente. Différente au point d’être mienne. Et dignement. La vie est une hyène. J’entends la haine qu’on aurait pas dû s’offrir, car on aurait pas dû souffrir. Visualise cette énergie qu’on a si bêtement épuisée. Et ces silences qui restent là, car les bêtes ne se parlent pas. Ces silences qu’il reste à briser. Ces silences qui nous brisent la santé, mentale. Mental de guerrier. Guerriers tombés sous le feu de leur propre régiment. Familial... Pourtant on s’aimait. Je ne comprends pas. On s’aimait avant l’indifférence grandissante et les absences de moins en moins importantes. Avant qu’on ne s’abatte avec rien. Et j’en suis sûr, on s’aime encore aujourd’hui, comme n’importe quelle autre famille. Même si on s’aime différemment. Même si on s’aime indifféremment... Je ne voudrais pas d’une autre famille...
Quatre heures. Je ne voudrais pas d’une autre famille. Je voudrais seulement dormir un peu...
Dans ma chambre le silence est tellement fort que j’entends les battements de mon cœur résonner de telle façon qu’ils me paraissent lointains. Très lointains. Presque étrangers. Pas comme si j’avais quitté mon corps mais comme s’il m’avait expulsé, renié. Vomi. Pas comme s’il dormait paisiblement, sans moi, mais comme s’il se battait seul sur le front. Vide. Je ne comprends pas...
Par la fenêtre on peut voir le froid. Intimidant. Intimidant mais pas suffisamment pour m’intimider. Je vais aller réveiller ma ville. Et vérifier que rien ou presque rien n’a changé depuis l’an dernier, que rien ou presque rien n’a changé en quelques jours. Vérifier qu’elle est toujours aussi onctueuse, même sous l’hiver. Vérifier que je l’aime encore, ma ville. Elle pourrait peut-être me réconcilier avec mon corps. Elle. Ma ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etoilesdencre
 
Fragment #10 - Insoluble dans le noir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Panique dans le noir: il me faut un diagnostic
» spectacle dans le noir pour mariage
» SEUL DANS LE NOIR de Paul Auster
» Light painting : seul dans le noir...
» Suis-je une ombre dans le noir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: ARCHIVES :: ANCIENS PERSONNAGES :: Dimitri-
Sauter vers: