AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #530 – Les confidences de Maya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Altaïr

avatar


MessageSujet: Fragment #530 – Les confidences de Maya   06.05.09 19:51

Mercredi 6 mai 2009
à Paris

Mes yeux s'ouvrent violemment, et je regarde les murs qui m'entourent. Toujours ce papier peint coloré à en vomir, toujours ces jouets au faciès effrayant. On m'a attaché à une chaise. Devant moi se tiennent Maya et Lorenzo, leurs quatre yeux rivés sur moi. Je voudrais leur cracher au visage, mais ma salive s'écrase ridiculement sur ma cuisse, et mon visage s'empourpre de honte.
Aussitôt, mon autre moi s'efface et me laisse reprendre le contrôle. Elle ne veut sans doute pas assumer notre position. Lorenzo, à la demande de Maya, quitte la pièce et nous laisse seuls à seuls. La déesse mésopotamienne, face à moi, bat lentement des paupières, et le mouvement de ses cils alourdis dompte mon esprit enhardi.
« Julian, je voudrais te raconter une histoire que tu vas beaucoup aimer, j'en suis certaine. »
Sa main attrape une chaise et elle s'assied devant moi, sans lâcher mon regard un instant.
« Est-ce que tu sais ce que j'ai enduré, après que tu aies quitté le Clan ? Est-ce que tu sais à quels tourments j'ai dû faire face, une fois que toi, Martin, Piotr et Sylvia aviez disparu ? Je te laisse imaginer la scène. Imagine une jeune fille de vingt ans qui aime son frère plus que n'importe qui. Imagine que le tabou de l'inceste n'existe pas entre ces deux êtres qu'une force mystique semble relier, et qu'ils aient ensemble des rapports sexuels. Je sais que je ne te choque pas. Plus maintenant, en tout cas. Tu as peut-être éprouvé un mouvement de gêne les premières fois, lorsque nos corps se mêlaient devant tes yeux et ceux des autres, tu as même détourné ton regard à plusieurs reprises. Et puis tu t'es habitué à ce beau spectacle, car une fois vidé de sa valeur prétendument immorale, tu ne pouvais pas nier l'évidence : la beauté a parfois plus d'impact que les interdits sur nos esprits. Peu à peu, tu t'es rapproché de nous, tu nous as laissé te toucher. Comme les autres. Et peu à peu, notre groupe s'est uni par les liens du Corps, du Cœur et de l'Âme. Tu te souviens de cette devise ? Tu t'en souviens ? Bien sûr, elle est gravée en toi au fer blanc. Imagine maintenant que le Destin, ignominieusement, frappe ces deux enfants amoureux encore et encore. Il commence d'abord par les isoler, en effaçant de leur entourage leurs amis les plus chers. La solitude pèse sur eux et ils se rapprochent plus encore, ils se fondent l'un dans l'autre, comme un cocon à deux têtes, pour oublier la douleur du monde. Et l'infect Destin, implacable, revient à la charge. La jeune fille voit son ventre s'arrondir, de jours en jours, de semaines en semaines, mois après mois. Elle comprend que la vie germe dans ses viscères. Elle comprend que, comme ses ancêtres pharaoniens, elle a été fécondée par un être du même sang, et que l'enfant sera maudit. Elle voit alors son frère prendre la fuite, terrorisé, et elle se retrouve seule, le cul sur une cuvette à l'hôpital, et ça pisse le sang, et les infirmiers la regardent d'un air mauvais -après tout, c'est de sa faute à elle, cette pécheresse, il faut bien qu'elle paye, non ?-, et elle pleure, et elle hurle, elle voudrait qu'on l'abatte sur le champ plutôt que de vivre avec ce truc qui la pourrit de l'intérieur. Elle le sent, le monstre, qui sort de son corps, et elle entend le « ploc » lorsqu'il tombe dans l'eau, et l'eau éclabousse ses fesses nues. Accroupie comme un animal malade, elle regarde les infirmiers la juger, elle qui avait tout fait pour se protéger du genre humain, elle qui craignait cette espèce à laquelle elle ne se sentait pas appartenir, elle qui voulait fuir ce monde et ses règles barbares. La voilà prise au piège, tu vois, comme une bête infâme, et elle le voit bien, ce sourire sur leurs lèvres, cette lueur de dégoût bien cachée au fond de leurs yeux. Elle voit tout ça, et elle en devient folle. Elle se met à trembler, à crier, à griffer. On la saisit violemment, on l'attache sur un brancard. Elle a peur, elle panique, elle croit devenir folle. On la drogue durement, on la maintient comme un monstre dangereux. Elle reste là, dans cet hôpital, prisonnière pendant des jours et des jours, des semaines, des mois. Et personne ne vient l'en sortir. Ni son frère, ni ses amis. Elle reste seule, bannie de l'humanité, et elle nourrit en elle une haine plus vivace que jamais, une rancœur qui ne pourra pas désenfler. »
J'ai toujours su que Maya était une comédienne hors-pair, elle-même s'en vantait très souvent. Mais ces larmes dans ses yeux, sur ces joues, cette horreur cristalline qui cascade sur son visage, ça ne peut pas être faux. Je la regarde, mon cœur broyé par la pitié, et je sens l'empathie me lier à elle comme jamais. Je voudrais la serrer contre moi, lui dire que tout est fini. Rassurer cette petite fille pleine de colère et de haine.
« Alors maintenant, reprend-elle, c'est à toi de voir. Je ne peux pas aller te chercher encore et encore et te forcer à rester ici, je sais trop bien ce que l'on ressent quand on est prisonnier. Mais s'il-te-plait Julian. Pour une fois que je fais quelque chose de bon, est-ce que tu peux me faire confiance et me laisser te sauver ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Tureïs

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #530 – Les confidences de Maya   06.05.09 21:17

Maya en mode gentil ! J'adore ton ecriture dans ce fragment. Cette explication que l'on attendait depuis des années vient bouleverser notre vision de ce personnage, nous délivre du regard qu'on en avait à travers Julian. Génial ! :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altaïr

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #530 – Les confidences de Maya   06.05.09 21:19

Merci Turinou :D
J'aime bien cette idée de délivrance :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fragment #530 – Les confidences de Maya   07.05.09 1:48

j'aime beaucoup ce fragment.. Maya qui se livre..
Revenir en haut Aller en bas
Menkalinan

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #530 – Les confidences de Maya   11.05.09 0:05

Je comprends pas comment les médecins peuvent savoir... N'aurait-elle pas gardé ça secret si elle n'avait pas eu honte ?
Je veux absolument savoir ce qui est arrivé à Sethi, quels sont leurs liens encore maintenant, qu'est-ce qu'il se trame autour de ça. Maya n'a pas encore tout dit semble-t-il...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altaïr

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #530 – Les confidences de Maya   11.05.09 0:48

Oui, j'ai hâte de vous en parler, de Sethi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fragment #530 – Les confidences de Maya   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fragment #530 – Les confidences de Maya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pyramides d'Amérique centrale (aztèques, maya...)
» Mr. Darcy's Diary ( version de Maya Slater)
» Figurines Maya l'Abeille
» Fragment, royaume de neige
» Maya Memsaab était vraiment hot ?!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: Julian-
Sauter vers: