AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #102 - Fête de la victoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tureïs

avatar


MessageSujet: Fragment #102 - Fête de la victoire   08.05.09 17:27

Vendredi 8 mai 2009
à Paris

Vendredi 8 mai. C’est férié et je peux pour la première fois apprécier la douceur de ces jours chaumés. Jamais mon lit ne m’a semblé aussi douillet, à tel point que je ne réussis pas à le quitter. Il est quatorze heures vingt et je suis toujours emmitouflé dans mes couvertures, alors que le soleil brille et que je ne dors plus. Je lis tranquillement "Le Monde" en ligne ; un article est consacré à notre cher président qui rend hommage aux soldats de l’armée d’Afrique, un autre retrace les deux ans de Sarkozy, sous le titre ambiguë de "Sarkozy, deux ans sans répit".
Il faut que je me lève, que je quitte ce cercueil de coton. De toute manière la faim me taraude l’estomac et me pousse à émerger.
J’ai enfin reçu mes deux payes : neuf cent euros pour quinze jours à la librairie et huit cent euros, pourboires compris, pour quinze jours au cabaret. Je peux donc compter sur trois mille quatre cent euros par mois si je réussis à tenir le rythme.
Je bois mon café rapidement et passe sous la douche à toute vitesse. Je dois profiter de cette journée, je dois rentabiliser ce temps libre. Après tout, je n’ai quasiment plus de temps à m’accorder.
L’ascenseur me dépose rue Ravignan et je dois avoir l’air d’un clochard avec mon bermuda survêt, mon débardeur et mes tongs, mais je m’en fous, je suis en repos et j’ai rendez-vous.
Je me dirige vers mon café préféré, un livre à la main : « Dune » de Frank Herbert. Je le relis car j’aime cet univers de sable et de violence qu’il a créé, ce monde de chaleur et d’intrigues. Je m’assois à la terrasse de "Le fourmi", sur l'une des rares tables libres et commande une bière.
Je lis et me laisse absorber, emporter loin de ce café, de cette chaise, loin de mon univers qui se limite, de plus en plus, à une librairie et un cabaret.
Il est quinze heures. Je pose mon livre, car il ne devrait plus tarder.
Mon regard croise celui de mon voisin et plonge dans un abîme de douleur. Ces yeux verts. Ce regard. Céladon. C’est lui. Encore. Son visage forme un ovale presque parfait, tout en lui respire la douceur. Un calme aérien se dégage de sa personne, et rien ne semble pouvoir l’atteindre. Pourtant au fond de son regard se cache quelque chose d’indéfinissable. Comme si il était déjà revenu de tout. Mais déjà ses yeux se détournent. Je n’existe plus.

Alors je me détourne à mon tour et regarde le flux des automobiles sur le boulevard. Nicolas est sur le trottoir d’en face. Toujours aussi beau, toujours aussi tentant. A côté de lui aucun ne semble faire le poids.
Il s’assoit à mes côtés dans un soupir de soulagement et tourne son visage vers moi.
Qu’est-ce que je ressens à cet instant ? Choc. Surprise. Peur.
Que lui est-il arrivé ?

Des cernes violacées détruisent son regard abruti, sa peau à un teint gris presque cendré, une de ses paupières saute nerveusement. Une grimace que j’interprète comme un sourire découvre ses dents parfaites, obscènes au milieu de visage abimé.
- Alors comment ça va ?
Le ton est acide, rancunier, presque violent. Je me sens agressé.
- Ça va, et toi ? Ça n’a pas l’air d’être la grande forme…
- Ah bon ? Et à quoi tu vois ça ?
Ironie, sarcasme. Nicolas semble m’avoir choisi comme ennemi.
- Je ne sais pas, tu as l’air un peu surmené.
- Non c’est le bonheur total. Lilian s’est enfin cassé de mon appartement, sans rien dire, et ne me donne plus de nouvelles. Un peu comme toi quoi.
- Mais tu sais pourquoi il est parti ?
- Oui, lui au moins je sais pourquoi il m’abandonne.
Sa voix se fend tandis qu’il retient un sanglot. Pour la première fois, je vois une fissure chez Nicolas et ça, ça me fait peur.
Alors que je l’emporte vers le quatre rue Ravignan, je sens, comme deux échardes plantées dans mon dos, le regard céladon qui nous suit et nous jauge.

Aujourd'hui c'est la fête de la victoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altaïr

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #102 - Fête de la victoire   08.05.09 18:17

Hmm, je me rends compte qu'on n'a pas beaucoup vu Maël au cabaret pour le moment, ça m'a marqué quand il y a fait allusion dans ce frag. Et je veux en savoir plus sur le regard Céladon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Menkalinan

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #102 - Fête de la victoire   10.05.09 9:28

Même pendant ses jours de repos, il court ?
Je veux en savoir plus,absolument, sur Nicolas.
Hum, par contre je crois que même la dernière fois je n'avais pas compris le regard céladon moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alhena

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #102 - Fête de la victoire   12.05.09 0:24

Et ben, il a l'air bien démoli, Nicolas... Mais que s'est-il passé?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fragment #102 - Fête de la victoire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fragment #102 - Fête de la victoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premiere victoire - In harm's way - 1965
» Remake A nous la Victoire
» Fragment, royaume de neige
» [Animé] Touch (Théo ou La Batte de la Victoire)
» Vidéo: ne jamais crier victoire avant la fin du match

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: Maël-
Sauter vers: