AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #80 – La nuit a mangé la lumière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Altaïr

avatar


MessageSujet: Fragment #80 – La nuit a mangé la lumière   08.05.09 19:25

Vendredi 8 mai 2009
à Paris

Dans l'obscurité, je discerne trois lueurs. Une braise rougeoyante au bout d'une cigarette, et deux prunelles chewing-gum, dans lesquelles elle se reflète. Eliott me fixe, et je ploie sous l'effet de son regard. Parfois, je me demande si je suis vraiment timide, ou bien si tout cela n'est pas qu'une façon d'apprivoiser les gens. Il suffit de laisser la gêne m'envahir, parler à travers moi, et mes joues se colorent aussitôt comme si elles s'embrasaient. Non, je ne peux pas être comme ça, je ne suis pas manipulateur. Sans doute est-ce la téquila qui délie mon esprit et lui fait penser de pareilles absurdités.
La nuit a mangé la lumière. Il y a ce morceau de musique, qui passe en boucle dans le salon, et la texture moelleuse du canapé, sous mes fesses, et les yeux d'Eliott, d'un bleu-vert déconcertant. Et ce sourire, ces dents joliment carnassières, de quoi faire flancher le coeur de n'importe qui... Je suis un peu bourré, il faut dire que je n'ai rien mangé avant de venir et que je tiens mal l'alcool. Alors je soutiens son regard, autant que possible, et je me demande s'il est gay, si je lui plais, si je ne suis pas en train de rêver. Est-ce un prétendant de Julian ? Est-ce un ancien amant, éperdument amoureux, prêt à tout pour le ramener à lui, y compris à menacer Lola et Kokhavah ?
« Eliott ?
- Hmm ?
- Quand tu as dis « me faire disparaître », tu entendais quoi par là ?
- Tu veux vraiment en parler ? C'est barbant au possible, tu n'imagines pas à quel point.
- Je suis pas Julian.
- Je sais.
- Tu sais ?...
- Tu es son frère. Florian ?
- Lilian.
- J'y étais presque. J'aurais dû réviser mon dossier.
- Tu as un dossier sur Julian ?...
- Ton frère a fait du tort à une organisation importante. Il a écrit un bouquin qui divulgue pas mal de choses et mes supérieurs voudraient garder ça secret. De plus, il semblerait qu'il fricote avec le camp adverse. Pas bien du tout, en gros.
- Alors quoi, tu veux le tuer ?
- Vouloir, c'est un bien grand mot. Mais je dois m'en débarrasser, oui. »
Un rire s'échappe de ma bouche. Cette situation est tout simplement grotesque.
« Tu trouves ça drôle ? »
En face de moi, Eliott continue à sourire, comme si de rien n'était. Comme s'il était légitime que je me moque de ce qu'il me dit. Et ce sourire rend la situation plus invraisemblable encore.
« Je peux pas y croire, Eliott, désolé. C'est dans les films, ces choses là, pas en vrai. En vrai, le méchant ne raconte pas son plan maléfique à celui qu'il veut éliminer. »
Eliott semble choqué, mais son sourire ne s'efface pas pour autant.
« Méchant ? Moi ? J'ai l'air d'être maléfique ?!...
- J'ai pas dit ça mais-
- Ouf, tu m'as fait peur ! Je suis tout mignon, non ?
- C'est vrai, j'avoue en rougissant au summum de mes capacités.
- Sérieusement, Lilian, il faut que tu revoies tes concepts de « bien » et de « mal ». C'est pas parce que je ne partage pas TA vision des choses que je suis le méchant. Notre organisation peut avoir des intérêts contraires à l'autre camp, ça ne fait pas nécessairement de nous des mauvaises personnes.
- Des gens qui tuent sont forcément de mauvaises personnes, non ?
- Tu crois que nous sommes les seuls à abattre les pions ennemis ? C'est une guerre, tu sais.
- Une guerre ? En France ? À Paris ? Et personne n'en saurait rien ?...
- Et pourquoi pas ?
- Non, je peux pas y croire. C'est trop absurde.
- Il ne t'ai jamais rien arrivé d' « absurde », dans ta petite vie ? Quelque chose qui sort du commun, qui rend ton existence différente de celle des autres ? »
Je repense à ce qui m'est arrivé ces derniers mois, et je comprends où Eliott, par intuition, veut en venir. Je réponds, presque machinalement :
« Quelqu'un a saboté la voiture de mon frère et j'ai perdu la personne que j'aimais le plus au monde dans un accident. On m'avait prévenu avec une lettre, un peu du même genre que celle que tu as envoyé à Julian, mais en plus obscure.
- Désolé, je ne savais pas. Je voulais pas te faire de peine.
- C'est rien. Je m'y suis fait.
- Tu sais, je pense qu'il y a une part d' « hors-norme » dans nos vies à tous. On a tendance à l'oublier, c'est tout. Les choses extraordinaires ne sont pas l'apanage des séries télé à la con. »
Je reste là, bouche bée. Impossible d'ajouter quoi que ce soit. Car soit ce type est fou, soit je suis en train de parler avec l'homme qu'on a chargé de tuer mon frère, à cause d'une histoire complètement cinglée d'organisations secrètes. Je crois que l'alcool fait trop tourner ma tête, je vais tomber dans les pommes (du moins, je voudrais tomber dans les pommes et me réveiller à Dijon, à côté de Robin, et que tout ça ne soit qu'un fichu mauvais rêve). Mais non. Je reste là, face à ce démon aux yeux séduisants, et je sens mon corps et la réalité, inacceptable et pourtant si indubitablement présente.
Soudain, un téléphone se met à sonner. Vibration surréaliste. Je vérifie le mien, mais il est éteint, et Eliott décroche après l'avoir sorti un i-phone de sa poche.
« Allô ? (…) Ok, de toute façon rien n'est encore fait. (…) D'accord, c'est noté. (…) D'accord. (…) Ok, j'annule, c'est noté. (…) Bien, à demain. »
Eliott tourne vers moi son visage plein de charme, et me lance d'une voix enjouée :
« Changement de plan. Ma mission est annulée. Ton frère, où qu'il soit, va pouvoir dormir sur ses deux oreilles. C'est cool, non ? »
Mon coeur fait un bon dans ma poitrine. Comment peut-il dire une chose pareille sur un tel ton ? Comment tout cela pourrait-il être vrai ? Je n'arrive pas à croire à ces histoires de fou, ça ne peut pas être la réalité. Dans quelle aventure mon frère m'a-t-il embarqué ?
Bientôt, je comprends qu'Eliott est lui aussi un peu saoul, lorsqu'il ajoute :
« Il se fait tard, tu veux dormir ici avec moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Procyon

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #80 – La nuit a mangé la lumière   08.05.09 22:08

L'anormalité est la limite de la normalité, là même où la normalité est la limite de l'anormalité.
Mais parfois trop c'est trop, si bien que je vois bien ce frag se terminer par un gros "MDR, it was a joke", ou "Surprise, joyeux anniversaire". C'est si peur crédible que même les protagonistes s'en rendent compte.
Je ne suis pas en rain de dire que c'est mauvais genre mal écrit, loin de là et bien au conraire, je me demande juste où est passée la loi de vraissemblance dans tout ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altaïr

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #80 – La nuit a mangé la lumière   08.05.09 22:17



Putain, j'hallucine. Sargas, Alhena, Alsciaukat, Aldébaran, Sélène... ils ont tous écrit des choses invraisemblables par le passé, et personne ne leur a rien dit. Même moi, il me semble que j'ai écrit des choses bien plus proches du surnaturel que ce qui se dégage de mes fragments ces derniers jours.

Après, voilà, j'avais perdu toute inspiration pour participer à ce projet. J'ai tenté le tout pour le tout en me faisant plaisir ces derniers jours, histoire de me redonner goût à cette aventure. De toute évidence, cette audace est vivement rejetée.

J'irai donc écrire ailleurs pendant quelques temps (et non, pas de "gros "MDR, it was a joke", ou "Surprise, joyeux anniversaire"" pour conclure ce commentaire, désolé).

Merci en tout cas pour ta franchise, Pro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Mesarthim

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #80 – La nuit a mangé la lumière   08.05.09 22:49

Je ne crois pas qu'on soit là face à des choses "surnaturelles": ce genre de choses, on les retrouve dans les faits divers, et toute vie normale peut sombrer du jour au lendemain dans l'horreur, pas seulement dans la fiction.
Quand on lit en même temps les fragments de Julian et Maya, je trouve que les évènements s'enchaînent très logiquement, et la place de Lilian dans cette tourmente correspond assez à ce qu'il cherche dans sa logique auto-destrutrice. C'est quand même le summum, il sympathise avec le type qui voulait l'assassiner... (ou du moins son frère)
Très beau titre, qui pourrait résumer Lilian en ce moment.


Dernière édition par Mesarthim le 08.05.09 23:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tureïs

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #80 – La nuit a mangé la lumière   08.05.09 23:09

Je suis d'accord avec Mesarthim, on ne peut pas reprocher à un fragment de s'eloigner du principe de réalité au motif que ce qui se passe dans la vie des personnages n'arrive pas à tout individu normal. Si cela peut arriver dans la réalité et arrive parfois, alors, on peut dire que le principe de réalité est respecté. Dans cette histoire, on a quand même depuis un bout de temps une quête d'objets plus ou moins mystiques, une sectes ou organisation mafieuse meurtrière et bon nombres de textes plus ou moins éloignés de la réalité qui permettent de créer un peu de suspens, un peu de rebondissements dans des vies somme toute assez quelconques en général. Donc non, pas MDR et je trouve Pro que les commentaires, même critiques peuvent être plus diplomates...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Menkalinan

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #80 – La nuit a mangé la lumière   11.05.09 0:12

L'ahurissement de Lilian me fait bien rigoler. Il est tellement ingénu, on boit bien que malgré tout ce qui lui arrive il a encore tout à apprendre de la vie.
D'ailleurs, je suis en train de penser, on n'a pas vraiment su ce qui était arrivé lors de l'accident de Robin, non ? Des nouvelles de l'enquête ?

Pour le reste des commentaires, même si je comprends qu'on puisse se poser des questions, Altaïr n'avait-il pas déjà fait son plaidoyer dans le commentaire même ?
Citation :
je pense qu'il y a une part d' « hors-norme » dans nos vies à tous. On a tendance à l'oublier, c'est tout. Les choses extraordinaires ne sont pas l'apanage des séries télé à la con.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altaïr

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #80 – La nuit a mangé la lumière   11.05.09 0:52



(rien d'autre à dire)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fragment #80 – La nuit a mangé la lumière   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fragment #80 – La nuit a mangé la lumière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Extérieur nuit et larme de lumière
» En marche vers la lumière 2
» André Chénier (1762-1794) FRAGMENT III: Salut, ô belle nuit
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» Comment connaître la vitesse instantanée de nos bolides la nuit ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: ARCHIVES :: ANCIENS PERSONNAGES :: Lilian-
Sauter vers: