AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #116 - Le pacte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tureïs

avatar


MessageSujet: Fragment #116 - Le pacte   06.10.09 20:47

Mardi 6 Octobre 2009
à Paris

Je ne me souvenais pas que les cours fussent si longs. Trois heures de droit des sociétés puis trois heures, en fin de journée, de droit de la propriété intellectuelle. Un supplice. Lucie est à mes côtés, nous plaisantons et discutons peu durant les cours, obsédés par la prise de note manuelle tandis que la plupart de nos collègues pianotent sur leur ordinateur. Il y a quelques années, quand j’étais étudiant, cela aurait semblé ridicule… Mais il semble que ce soit devenu la norme.
Il est dix-neuf heures et nous sortons seulement de Cujas, la tête pleine et bourdonnante. Trois filles discutent avec Lucie que j’attends dans la cour. J’en profite pour m’allumer une cigarette tout en réfléchissant à l’année qui m’attend. Ça risque d’être plus difficile que je ne le pensais.
« On y va ?
- Ouais. »
Nous partons lentement vers la place de la Sorbonne et pénétrons dans l’Écritoire sans nous concerter. Je m’affale sur une chaise et Lucie fait de même.
« Une Grimbergen s’il vous plait.
- La même chose. »
Quelques minutes défilent sans que nous parlions. Le silence n’est pas pesant, c’est une pause qu’on s’accorde mutuellement, chacun savourant la présence de l’autre sans chercher autre chose. Le serveur nous ramène nos bières et nous trinquons à cette année qui démarre.
« Elles te voulaient quoi ? C’était les mêmes qu’hier ?
- Elles voulaient me filer la fin des cours que je t’ai emprunté. Comme je les avais déjà grâce à toi j’ai pu les refuser dignement. Du coup elles nous invitent tous les deux Samedi soir à une soirée chez celle qui m’a toisé de haut en bas.
- C’est plutôt sympa. Elles doivent chercher à faire amende honorable.
- Je ne pense pas, je ne sais même pas si je vais y aller.
- C’est sûr que si tu ne sors pas, tu ne risques pas de te faire beaucoup d’amis.
- Oui, c’est vrai, mais c’est pas une raison pour se jeter sur le tout venant. »
Je la regarde surpris. C’est le genre de réflexions que je me fais régulièrement, mais le voir chez quelque un d’autre me fait prendre conscience que ce n’est peut-être pas le meilleur comportement à adopter.
« Bon allez ! On a qu’à y aller tous les deux !
- D’acc, mais je te préviens, elles croient que nous sommes ensemble ! »
Ma tête doit être très drôle puisqu’elle éclate de rire, un son comme des milliers de grelots emplit alors le café.
« Sympa.
- Mais au fait, tu as une copine ?
- Non.
- Depuis longtemps ?
- Oui assez.
- Dis donc Maël, si tu crois que je ne vois pas que c’est toujours moi qui parle et raconte ma vie, tu te trompes. Je ne suis pas dupe.
- Comment ça ?
- Je t’ai dis d’où je viens, qui je suis, le métier de mes parents, ma vie familiale, ma vie sentimentale t’as été résumée en une heure ce midi… Et moi qu’est-ce que je sais de toi en dehors de ton prénom ? Tu vas bien devoir lâcher des infos à un moment ou un autre…
- Que veux-tu savoir ?
- Tout ! »
J’éclate de rire devant son air vorace et impitoyable, son rire s’entremêle au mien et durant cet instant volé voilà notre amitié scellée. Quelque chose c’est passé durant ces quelques minutes, une sorte de pacte invisible. Le silence flotte entre nous quelques temps.
« Un peu de mystère ne fait de mal à personne et puis tu te rendras compte suffisamment tôt que je n’ai pas plus d’intérêt qu’un autre. Laisse moi profiter…
- Mouais, tu te défiles encore…
- Bon, on va dire que t’as le droit à une information par bière buent ensemble. Ça te va ?
- Ok, donc là tu m’en dois une ! T’habites où ?
- Place des Abbesses. T’es un peu nulle niveau questions, je n’ai pas de soucis à me faire !
- Salaud ! »

L’heure passe lentement entre questions et réponses, à regarder ses yeux briller au bout de trois bières, à la voir se moquer de sa petite vessie après quatre allers-retours aux toilettes, à la voir disparaître suite à un coup de fil.


Dernière édition par Tureïs le 06.10.09 23:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fragment #116 - Le pacte   06.10.09 22:10

j'adore vraiment cette Lucie ! et j'en veux encore !
Revenir en haut Aller en bas
Procyon

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #116 - Le pacte   06.10.09 23:23

Tureïs a écrit:
Mardi 6 Octobre 2009
à Paris

Je ne me souvenais pas que les cours fussent si longs. Trois heures de droit des sociétés puis trois heures, en fin de journée, de droit de la propriété intellectuelle. Un supplice. Lucie est à mes côtés, nous plaisantons et discutons peu durant les cours, obsédés par la prise de note manuelle tandis que la plupart de nos collègues pianotent sur leurs ordinateurs, à moins qu'ils en aient plusieurs chacun. Il y a quelques années, quand j’étais étudiant, cela aurait semblé ridicule… Mais il semble que ce soit devenu la norme.
Il est dix-neuf heures et nous sortons seulement de Cujas, la tête pleine et bourdonnante. Trois filles discutent avec Lucie que j’attends dans la cour. J’en profite pour m’allumer une cigarette tout en réfléchissant à l’année qui m’attend. Ça risque d’être plus difficile que je ne le pensais.
« On y va ?
- Ouais. »
Nous partons lentement vers la place de la Sorbonne et pénétrons dans l’Écritoire sans nous concerter. Je m’affale sur une chaise et Lucie fait de même.
« Une Grimbergen s’il vous plait.
- La même chose. »
Quelques minutes défilent sans que nous parlions. Le silence n’est pas pesant, c’est une pause qu’on s’accorde mutuellement, chacun savourant la présence de l’autre sans chercher autre chose. Le serveur nous ramène nos bières et nous trinquons à cette année qui démarre.
« Elles te voulaient quoi ? C’était les même qu’hier ?
- Elles voulaient me filer la fin des cours que je t’ai emprunté. Comme je les avais déjà grâce à toi j’ai pu les refuser dignement. Du coup elles nous invitent tous les deux Samedi soir à une soirée chez celle qui m’a toisé de haut en bas.
- C’est plutôt sympa. Elles doivent chercher à faire amende honorable.
- Je ne pense pas, je ne sais même pas si je vais y aller.
- C’est sûr que si tu ne sors pas, tu ne risques pas de te faire beaucoup d’amis.
- Oui, c’est vrai, mais c’est pas une raison pour se jeter sur le tout venant. »
Je la regarde surpris. C’est le genre de réflexions que je me fais régulièrement, mais le voir chez quelque un d’autre me fait prendre conscience que ce n’est peut-être pas le meilleur comportement à adopté.
« Bon allez ! On a qu’à y aller tous les deux !
- D’acc, mais je te prévient, elles croient que nous sommes ensemble ! »
Ma tête doit être très drôle puisqu’elle éclate de rire, u son comme des milliers de grelots ampli alors le café.
« Sympa.
- Mais au fait, tu as une copine ?
- Non.
- Depuis longtemps ?
- Oui assez.
- Dis donc Maël, si tu crois que je ne vois pas que c’est toujours moi qui parle et raconte ma vie, tu te trompes. Je ne suis pas dupe.
- Comment ça ?
- Je t’ai dis d’où je viens, qui je suis, le métier de mes parents, ma vie familiale, ma vie sentimentale t’as été résumé en une heure ce midi… Et moi qu’est-ce que je sais de toi en dehors de ton prénom ? Tu vas bien devoir lâcher des infos à un moment ou un autre…
- Que veux-tu savoir ?
- Tout ! »
J’éclate de rire devant son air vorace et impitoyable, son rire s’entremêle au mien et durant cet instant volé voilà notre amitié scellée. Quelque chose c’est passé durant ces quelques minutes, une sorte de pacte invisible. Le silence flotte entre nous quelques temps.
« Un peu de mystère ne fait de mal à personne et puis tu te rendras compte suffisamment tôt que je n’ai pas plus d’intérêt qu’un autre. Laisse moi profiter…
- Mouais, tu te défiles encore…
- Bon, on va dire que t’as le droit à une information par bière bues ensemble. Ça te va ?
- Ok, donc là tu m’en dois une ! T’habites où ?
- Place des Abbesses. T’es un peu nul niveau questions, je n’ai pas de soucis à me faire !
- Salaud ! »

L’heure passe lentement entre questions et réponses, à regarder ses yeux briller au bout de trois bières, à la voire se moquer de sa petite vessie après quatre allers-retours aux toilettes, à la voir disparaître suite à un coup de fil.




Tu ne trouves pas que ça fait un peu beaucoup ? (oui oui c'est moi qui dit ça XD)
Bonne correction ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fragment #116 - Le pacte   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fragment #116 - Le pacte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Whitley, David] Le Pacte de Minuit
» Atalante, Tome 1 : Le pacte - Crisse et Besson
» Fragment, royaume de neige
» Notre corps, un obstacle ou une limite ?
» Uniformes des Forces Armées du Pacte de Varsovie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: Maël-
Sauter vers: