AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #217 - Dorsale de feu

Aller en bas 
AuteurMessage
Procyon

avatar


MessageSujet: Fragment #217 - Dorsale de feu   18.10.09 19:18

Vendredi 16 octobre 2009
à Paris

23h54. Tout est calme et paisible dans cette rue vide. Vide. Complètement vide. Je marche droit sans vraiment savoir où je vais. Le décors s'efface après mon passage. Les murs et le bitume s'effritent en une poussière noire qui rapidement disparaît avec le rythme saccadés de mes pas affolés. Pourtant ma tête, humblement posée sur mes épaules, n'a pas l'impression d'avancer vite. Je crois. Je souris. Je souris au noir devant moi. Je souris au noir derrière moi. Comme si avant moi il n'y avait rien, après moi il n'y aurait rien. Rien de fort et puissant. Rien de doux et rassurant. Rien de calme ni de bruyant. Rien. Simplement rien. Juste un gros rien dans lequel j'avance en souriant. Non pas un faux sourire forcé, mais un gros sourire béat d'autosatisfaction. Soudain...
Soudain une jeune fille me sourit. Elle est blonde et porte une jupe plissée. J'ai envie de la faire tourner pour voir la jupe s'envoler, et ses jambes se découvrir. D'où vient-elle ? « Il faut y aller. » Murmure-t-elle en s'approchant de mon oreille. Je relève la tête, - Tiens, je l'avais donc baissée ? - elle n'est plus là. Elle s'enfuit en courant derrière moi. Je relève la tête, -Oui, encore baissée – d'autres gens courent. Ils sont affolés. Ils veulent me parler, mais rien ne sort de leur bouche cousue. Je suis immobile dans cette nuée de gens muets. Ce qui m'effraie, c'est ce silence. C'est inquiétant de voir tous ces gens s'enfuir sans savoir pourquoi, sans même entendre leurs pas sur les pavés, -ce sont des pavés au sol- sans même savoir où ils vont. La rue tourne autour de moi. Je vois petit à petit à trois cent soixante degrés sans bouger ni la tête ni les jambes. Malgré le flou provoqué par la vitesse de rotation, je distingue des corps s'enfuir dans toutes les directions. Et puis c'est une lumière qui apparaît. Enfin pas exactement une lumière, plutôt de la luminosité. Tout s'éclaire autour de moi. Les murs sont rougis par l'intensité de l'éclairement ; et de la chaleur. On se croirait dans un incendie. C'est ça un incendie dont on ne voit pas les flammes mais seulement leur couleur, leur chaleur, leur odeur. Je cours aussi. Je fais demi-tour à plusieurs reprises. Je ne sais vraiment pas où aller. Je me retourne violemment à gauche, puis à droite ; c'est là que je les aperçois. Les flammes. On dirait qu'elles me suivent. Cours...
Cours loin, vite, longtemps. J'entends des cris de soutien. Ou de peur. Est-ce un conseil ou une plainte ? Qu'ils sont gentils ce gens de se soucier de moi. Je ne les connais pas. A moins que ce soit... Non. Ça ne peut pas. Ce ne peut pas être moi qui leur fasse peur. Je ne suis pas... Je m'arrête.
Il y a un animal qui brûle. Il se déplace avec une flamme sur le dos, on dirait d'ailleurs que la flamme nait à la base de chacune de ses pattes. C'est un quadrupède. Pas très grand. Il se rapproche doucement. Peut-être me rapproche-je moi-même. Il semble fort malgré sa petite taille. Ses pas sont sûrs et lents, son museau flaire au vent. Ce qui est extraordinaire c'est qu'il ne semble pas avoir mal, ni même avoir peur. C'est un renard. Je le reconnais à sa queue étoffée qui flotte derrière lui quand ses reins ondulent au rythme de ses pas. À chaque mouvement de queue c'est un peu du décors qui disparaît en une poussière noire s'évanouissant dans l'obscurité. Parce que derrière lui l'obscurité se fait, derrière lui plus rien ne rougeoie, plus rien ne semble exister. Il ne restera bientôt plus que nous.
Il ne reste plus que nous. Je le regarde dans les yeux. Je connais ces yeux. Ce sont...les miens. Il ne reste plus que moi.

Je me réveille en sursaut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altaïr

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #217 - Dorsale de feu   18.10.09 19:40

'_'

1. Le titre est magnifique.
2. L'écriture coule comme du feu liquide, superbe et sans anicroche.
3. Je crois que c'est mon nouveau fragment préféré de Procyon... Encore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Procyon

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #217 - Dorsale de feu   18.10.09 19:44

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tureïs

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #217 - Dorsale de feu   18.10.09 19:45

Superbe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fragment #217 - Dorsale de feu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fragment #217 - Dorsale de feu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fragment, royaume de neige
» Fragment d'infini
» " Une photographie, c'est un fragment de temps qui ne reviendra pas. "
» Fragment, royaume de neige.
» [Fahy, Warren] Fragment

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: Alexandre-
Sauter vers: