AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #132 - Déchéance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tureïs

avatar


MessageSujet: Fragment #132 - Déchéance   31.10.09 0:49

Vendredi 30 octobre 2009
à Paris

Comment te dire ?
Ne me touche pas, je suis sale. Non, ne me caresse pas. Je suis le corrompu. Ne m’embrasse pas. Je suis souillure et pourriture. Les murs de cette chambre dégorgent de stupre, sur la peinture coule la pestilence et suinte ma déchéance. Sur le plancher palpitent les vers nourris de ma décomposition, engraissés par ma putréfaction. Sous le lit s’agitent encore les signes qui ne trompent pas, préservatifs oubliés et sachets de gel utilisés. Ne le vois-tu pas ? Lis dans mon regard de glace, lis la douleur de se connaître pour ce qu’on est, plus qu'on aimerait. Lis l’absence de regrets et, si tu vois du plaisir dans mes yeux, c’est celui de se pervertir. Tu es l’instrument, l’aune à laquelle je mesure, mon degré d’avilissement.
Ne sens-tu pas le sperme et la débauche, le vice et la lubricité qui imprègnent mes draps, qui coulent à la place de mon sang et noient tout sentiment ? N’entends-tu pas le reflet de l’écho des soupirs et gémissements de mes amants. De ta langue goûte la mienne et devine celle de mes galants. Découvre ma largeur et, à la taille de cette porte, le nombre de mes soupirants.
Après toi, un autre viendra, et peut-être un autre encore, pour finir, pour terminer. Ne sens tu pas que tu ne me contentes pas, que si je gémis c’est par ennui ?
Voilà, tu as terminé, tu es satisfait. Comédie et sympathie pour finalement réussir à t’amener à me quitter.
Jet d’eau qui frappe et nettoie la surface. Au-dedans, gangrène et pestilence, âme dépravée dissimulée par un physique de qualité.
Déjà l’impatience. Elle se mesure au nombre de doigt que je réussis à me glisser.
Ce soir, dans le noir, je t’ai entendu dire que tu m’aimais. Ça n’en rend le jeu que plus drôle, abject et répugnant. L’homme d’hier va arriver. Il est ma cocaïne, mon ecstasy. Je suis sa chose, je suis sa chienne.
Doucement, comme une perle de vérité, coule et roule une larme salée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Procyon

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #132 - Déchéance   31.10.09 16:10

Ouahhh. On dirait que tu aprles de la peste... brouhhh, ça me fait froid dans le dos. Mais je sens que c'était l'effet recherché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alhena

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #132 - Déchéance   21.11.09 13:22

Beau frag dans le style mais alors le contenu est euh... pourquoi a-t-il une si mauvaise image de lui-même?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fragment #132 - Déchéance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fragment #132 - Déchéance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fragment, royaume de neige
» Fragment d'infini
» " Une photographie, c'est un fragment de temps qui ne reviendra pas. "
» Fragment, royaume de neige.
» [Fahy, Warren] Fragment

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: Maël-
Sauter vers: