AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #544 - Mort d'une étoile solitaire

Aller en bas 
AuteurMessage
Altaïr

avatar


MessageSujet: Fragment #544 - Mort d'une étoile solitaire   21.02.10 1:07

Samedi 20 février 2010
à Paris
L'alcool entre dans mon corps et envahit mon sang. Je danse en pleurant des larmes de fer. Autour de moi, des visages sans traits palpitent et se brouillent, et je me noie dans la musique aux rythmes telluriques. Mon coeur bouillonne, la douleur a planté ses griffes dans mon ventre et je sens que la raison m'abandonne. Tu m'abandonnes. Et je danse à en perdre la tête. Au milieu des corps sans nom et sans contour. Je ne vois plus rien d'autre que des rais de lumière surexcités, et la fumée mouvante qui baigne l'air saturé. La chaleur brûle autour de moi, des effluves de feu brillant. Et toujours les larmes s'écoulent sur mes joues, torrents de peine et crachin de mort. Pourquoi t'ai-je laissée partir ? Pourquoi n'ai-je pas crié pour que tu restes auprès de moi ? Que suis-je sans toi ? Que suis-je seul en cet enfer vivant ? Je voudrais me dissoudre dans vos corps et dans vos âmes, rejoindre un peu de ce que vous êtes et oublier mon être, le poids mort de mon existence, le silence des murs de mon ego. Je voudrais hurler à même vos pensées, vous implorer, et baigner dans votre amour. Je voudrais que vous m'enlaciez, au-delà de la chair, et que nos esprits se fondent. Je voudrais que le temps se plie et courber l'espace, je voudrais ramener Lola tout contre moi et retenir son amour. Je ne veux plus me réveiller au matin si tu n'es pas auprès de moi, je ne veux plus me coucher seul sans toi, je ne veux plus sentir ce silence, cette solitude, et le goût amer qui traîne sur mon coeur. Alors je quitte la boîte, vacillant, et je tombe à la renverse sur le trottoir, et la lumière trouble des réverbères semble brûler sur des piliers sans fin. Je me relève et l'alcool englue mes veines bariolées. Je sens la nausée me prendre à la gorge et mon corps trembler, je cours sans penser. Les phares des voitures crissent sur mon regard, m'aveuglent, s'enfuient. On me klaxonne, et des cris sonnent dans l'air glacé. Buée aux lèvres bleuies. Je cours. Je ne sais pas où je vais. Est-ce que c'est ainsi que les choses devaient s'achever ? Est-ce qu'il peut y avoir un après ? Je cours. Mes pas qui cognent sur le sol. Mes mains qui heurtent les murs sans fin. Je cours à en perdre haleine. Mon coeur est rempli d'épines et de glace. Je n'ai plus de raison de continuer. Est-ce que je ne pouvais pas te retenir ? Est-ce que la vie a encore un sens en ton absence ? Je cours et j'entends le fracas des flots. C'est la Seine au long cours qui hurle mon nom. Julian. Je ne sais plus qui je suis, car je me suis perdu. Il y a trop longtemps que je n'existe plus. Je voudrais effacer les jours et les nuits, revenir au temps où je n'étais encore qu'un enfant. Je voudrais que tu me serres si fort. Je voudrais pleurer tout contre ton corps, et m'endormir en paix. Me voilà au-dessus de l'eau. Mes doigts rougis sur la rambarde gelée. Je sens la nausée qui me tient et me dit « fais-le ». Longtemps j'ai rêvé de cet instant. C'étaient vos visages alors qui retenaient mon geste, et me gardaient immobile parmi les vivants. Le souvenir de vos visages. La douleur inventée sur vos faces. Est-ce que je pourrais me pardonner ? Je voudrais que vous m'aimiez. Je voudrais tant ne pas être seul. Le vide crie en moi, il a rempli tout mon être et je ne suis plus rien. Je suis le vide dans le vide. Il n'y a plus rien à attendre. Je suis sur la rambarde gelée. Les bras tendus en croix. Et la peur qui brûle dans mon ventre comme des serpents de feu. Je vois Anubis et ses yeux rougeoyants. J'oublie tous les visages et je me fonds dans le sien. Il n'y a plus de liens pour me retenir. Je suis une étoile solitaire.

Et je tombe dans le néant glacé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etoilesdencre.com/
Tureïs

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #544 - Mort d'une étoile solitaire   21.02.10 1:16

Horrible, triste, bien écrit. Mais Julian ne peut pas mourir, n'est-ce pas ? N'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mesarthim

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #544 - Mort d'une étoile solitaire   21.02.10 1:37

Euh... ça va pas être possible, la mort de Julian ?????
Très très beau fragment ceci dit. Mais c'est pas une raison!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alhena

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #544 - Mort d'une étoile solitaire   24.02.10 10:20

... Hum...
*petite voix* Quelqu'un a appelé les secours?

Magnifique frag.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Menkalinan

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #544 - Mort d'une étoile solitaire   24.02.10 22:13

Arf...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Procyon

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #544 - Mort d'une étoile solitaire   27.02.10 0:41

Très beau, très triste. Surtout triste. Je en sais si c'est dû au contraste de ce qui m'entoure, mais tout semble si réel, tragique, et sans espoir... :(
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fragment #544 - Mort d'une étoile solitaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fragment #544 - Mort d'une étoile solitaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Lettres de Sang 5] Étoiles filantes
» La Toile d'araignée
» Errata de la série LOUP SOLITAIRE
» Undertaker serait mort !!!!
» Dieu de la mort : 03/2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: Julian-
Sauter vers: