AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #12 - Le "Je profond" - explication

Aller en bas 
AuteurMessage
Isis

avatar


MessageSujet: Fragment #12 - Le "Je profond" - explication   01.04.10 21:49

Jeudi 1 avril
à Lyon

Je pense à Elliott. Il me manque. Depuis que nous sommes ensemble, j’ai l’impression que des murs sont tombés. Mes sentiments évoluent tranquillement et le font passer du stade meilleur ami, au stade petit-copain. C’est comme si je possédais dans mon coeur une boîte de Pandore. Tant qu’on ne l’ouvre pas, on ne sait pas ce que peut être l’amour avec telle ou telle personne. Maintenant qu’Elliott l’a ouverte, je me sens imprégné par l’amour. Je sens tous les aspects positifs, la complicité ou encore la tendresse, m’envahir, tout comme les aspects négatifs : la jalousie et la possessivité. C’est une sensation grisante mais tellement charmante.

Je pense à Elliott tout en fignolant l’œuvre que j’ai peinte hier avec Juliette, Nytia et Mathieu. Pour éviter de les immobiliser trop longtemps, je me suis préoccupé de leurs principaux traits. Maintenant je m’occupe des détails. Après tout, c’est moi qu’ils représentent à travers leurs visages. Je suis donc plus à même de m’occuper des petits détails, importants pour moi.
Je me recule pour mieux contempler la scène. J’ai vraiment vu grand.

Ce tableau représente tous les aspects de ma personnalité. La naïveté de Juliette proposant une tasse de thé à un inconnu, le spectateur. L’envie, représentée par Nytia et son caractère très marqué. Il ressort extrêmement bien sur le tableau. On a vraiment l’impression qu’elle va se jeter pour bouffer Juliette. J’en ai froid dans le dos.
Le lapin et ses pendules, mon angoisse et mon stress pour tous les ennuis qui m’arrivent. Je voulais un animal pour le comportement très bestial que j’ai envie d’avoir parfois quand je me fâche avec quelqu’un. Au moment où je me retiens de ne pas lever la main. C’est sûr, le lapin n’en est pas un très bon exemple, mais il se prêtait bien au lien avec Alice au Pays des Merveilles. Et puis, soupçonnerait-on un pauvre petit lapin sans défense et tout mignon des plus grosses crasses ? Non.
Enfin, le chapelier fou représente ce pourquoi je fais mes études aux Beaux Arts. La folie, le fait de voir le monde différemment, se détacher de ce pour quoi la société nous a formées et pour la passion qu’on peut mettre dans chacune de nos entreprises.
Il ne me reste plus qu’à justifier le choix des matériaux. Ce sera la partie la plus difficile.
Pas le temps d’y réfléchir plus longtemps, je vois arriver Juliette :

- Salut Thibault. Dit donc, elle avance ta toile ! Dis moi, pourquoi tu m’as attribuée la couleur verte si je suis sensée représenter la bonne reine ? Pourquoi pas blanche ?
- Pour faire simple, on va dire que c’est la couleur à laquelle je m’associe. Un peu comme mon aura quoi.
C’est la première fois que je parle de cette histoire d’aura à quelqu’un. J’appréhende sa réaction, mais elle n’a pas l’air troublée. A vrai dire, comment perturber des gens qui s’extasient devant la Naissance du Monde ou d’autres tableaux du même genre en n’utilisant que l’aura comme sujet de conversation ?
- Ah ? C’est vrai ? Maintenant que tu le dis, ça m’étonne pas. Tu t’inspires beaucoup de la nature pour tes projets en général. Et comme ça, maintenant, si je te demande de quelle couleur est mon aura, tu me réponds quoi ?
- Sans hésitation, je pense que je dirais vert, comme moi.
- Et pourquoi ?
- Je te laisse chercher. Repose-moi la question plus tard et je verrais si c’est toujours vert.
- Et pourquoi l'autre reine est mauve ? C'est la méchanceté ?
- Non, c'est la couleur de l'aura d'une personne qui m'est chère mais qui m'en veut. C'est un peu la manière que j'ai de représenter la haine que j'ai pour moi-même.
- Tu parles d'Emilie là ?
- Oui. Comme toujours on peut rien te cacher !

Je continue à m'occuper de ma toile. Je pense un peu à Emilie. Juliette me regarde un moment puis s'en va. Elle a peut être sentie mon envie d'être seul face à moi même. Pas le temps de travailler trop longtemps, mon portable sonne, c’est un sms.

Salut Gab, c’est Mick. Tu sais le gars que t’as rencontré au Cocc’ Trophy. On s’est quitté assez précipitamment sur le port à Tanger, mon bateau partait juste avant le tiens et tu es resté sur le port, à attendre le deuxième bateau. Juste pour te donner mon numéro. Je t’ai beaucoup parlé de moi, mais je ne sais pas grand-chose de toi alors si tu as envie de faire plus ample connaissance, je suis open ! Ne t’inquiète pas, le fait que je sois gay ne cache pas forcément quelque chose. Bisous grand.


Dernière édition par Isis le 02.04.10 22:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Procyon

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #12 - Le "Je profond" - explication   02.04.10 21:56

Je n'arrive pas du tout à m'immaginer la sène au port ...(sic)

C'est fait exprès qu'il n'y a pas de majuscule au "je" du titre, alos que tu en avais mis un au titre du frag précédent ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fragment #12 - Le "Je profond" - explication
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vos "bad girls" favorites.
» "The Prowler" Merc 49 Revell
» Edgar Allan Poe "Le corbeau"
» Un joli sac en "african flower"
» "Tricot. droit"?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: ARCHIVES :: ANCIENS PERSONNAGES :: Gabriel II-
Sauter vers: