AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Comment participer ?Comment participer ?  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fragment #4 - La vieille dame

Aller en bas 
AuteurMessage
Sargas

avatar


MessageSujet: Fragment #4 - La vieille dame   11.04.08 14:42

Mardi 3 avril 2007
à Lille

Le soleil est de retour. Le printemps a traîné les pieds mais le voilà bien installé et il réchauffe tout doucement mon cœur. Avec le réveil de la nature renaît en moi l’espoir d’un avenir plus lumineux et moins douloureux. Je me dis que tout ça ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir et ce dicton japonais me vient à l’esprit « avec le temps tout les souvenirs sont bons ». Je souris déjà. Je n’ai pas de mauvais souvenirs d’elle. Un coup de klaxon me sort de mes pensées et j’ai tout juste le temps de remonter sur le trottoir. Traverser l’avenue Willy Brandt est un exploit à lui tout seul. Les feux ne sont respectés ni des automobilistes qui arrivent au bout de cette longue voie à toute vitesse, ni par les piétons décidés à traverser dans les clous mais sans l’accord du petit bonhomme vert. L’automobiliste qui m’a klaxonné s’arrête juste devant moi et baisse sa vitre. Il me regarde et ce gros bonhomme qui dégouline de sueur au volant de sa petite voiture a le regard d’un bœuf en pleine crise de nerf. L’image me fait sourire et je lève les yeux et remplace la tête de chaque conducteur par la tête d’un animal qui correspond le mieux à leur allure. Ici le nez crochu d’une dame me fait penser au bec d’un oiseau, là cet homme possède les mêmes yeux qu’un vieux basset… Il me dit soudain en hurlant « Eh gamin tu regardes pas avant d’traverser ? » Je ne relève même pas, mais lui continue, « J’te cause petit gars, tu m’entends ? » Mon rythme cardiaque s’emballe d’un coup et mes mains se crispent violemment « Je t’emmerde pauvre con ». L’autre semble surpris et en fait moi aussi je le suis. C’est à son tour d’être klaxonné par les autres conducteurs, le pied enfoncé sur l’accélérateur, prêts à franchir le carrefour. Il continue un instant à me fixer droit dans les yeux et je ne peux empêcher un rictus de se dessiner sur mes lèvres. Mon mépris sur cet homme a pris le pas sur ma raison. Je ne dis rien. L’homme s’en va. En moi reste une boule de colère. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi j’ai été aussi agressif et méprisant par mon regard. Comme si c’était déjà là et que ça avait pris le dessus à la provocation de l’homme.
Le reste du trajet jusqu’au bureau situé Grand Place, je passe mon temps à éviter les gens qui s’accumulent devant les vitrines et qui marchent sans regarder devant. Les collisions sont fréquentes et cela doit être une aubaine pour les pickpockets. Ce n’est plus les soldes mais je suis étonné de voir autant de monde. Les rues sont noires de monde venu dépenser jusqu’au dernier centime mais il y a aussi ceux qui veulent bien qu’on leur donne une petite pièce pour manger ou ne serait-ce qu’un peu d’attention. Une fille d’une quinzaine d’année juste devant moi montre du doigt une vieille dame sans domicile fixe qui crie sur les passants. Qui sait si nous ne serions pas pareil si nous vivions aussi longtemps isolés des gens, bien que vivant sous leurs yeux. Cette colère qui semble se déverser de cette dame est peut-être son seul moyen de se faire entendre, de prouver qu’elle existe encore. Des larmes coulent des yeux de cette vieille femme. Je continue devant ce spectacle quotidien de la dérive de la société et arrive au bureau sur la Grand Place. Je salue les collègues et prends place derrière mon bureau d’où j’édite mes articles et mes photos. Je commence à taper un article sur un petit fait divers qui a eu lieu la nuit dernière, un vol de sacs à main dans un restaurant chic.
« La ville en émoi… pff, laissez moi rire… » .
C’est sorti tout seul. J’ai dit ça à voix haute sans m’en rendre compte. Le voisin du bureau d’à côté se penche sur mon écran et la dépêche sur le vol.
« C’est moche quand même de se faire voler comme ça au resto. Tu ne devrais pas te moquer.
- Tu déconnes quel drame, j’en suis tout bouleversé ! Non mais faut arrêter de rigoler. Une bourge qui se fait voler un sac ? Et alors ? Une femme qui n’a pas d’endroit où dormir c’est autrement plus grave !!! »
Mon sang bouillonne dans mes veines et j’ai du mal à taper l’article tellement mes mains tremblent. Une envie de tout laisser en plan et de partir loin monte en moi. Pourquoi encore cette sourde colère a-t-elle pris possession de moi. Toutes les personnes autour de moi se sont arrêtées pour me dévisager. Je fais comme si je ne les avais pas vus et mes doigts reprennent le martèlement des touches du clavier.
« Tu devrais trouver quelqu’un mon vieux, tu serais moins sur les nerfs si tu vois ce que je veux dire. »
La personne qui me dit ça mime des gestes obscènes en même temps ce qui fait pouffer de rire toute l’audience. Je sens la pression en moi monter. Mes muscles se contractent et commencent à me faire mal. Mes dents sont serrées à en être douloureuses. Et si il avait raison en fait ? Si j’étais trop solitaire ? C’est vrai que je sors peu avec des gens, que je parle peu avec les autres. Je suis isolé tout en vivant au cœur d’une foule animée. Je suis coupé de la vie et finalement ma colère est le seul moyen de me faire entendre. Je suis en dehors du système à la voix trop faible pour être entendu. Pourtant ne me voient-ils pas ? Les larmes me montent aux yeux alors que je comprends toute l’ampleur de mon isolement. Et je me sens soudain comme cette vieille dame croisée dans la rue. Incompris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bizarrecemonde.blogg.org/
Tureïs

avatar


MessageSujet: Re: Fragment #4 - La vieille dame   02.02.09 3:15

Wahoo, joli frag !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fragment #4 - La vieille dame
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» à lire ou voir : La Visite de la vieille dame
» [Laroui, Fouad ] la vieille dame du riad
» La vieille Dame
» la vieille dame
» Sujet photo de l'été: La vieille dame et la mer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etoiles d'Encre :: FRAGMENTS :: ARCHIVES :: ANCIENS PERSONNAGES :: Damien-
Sauter vers: